12 décembre 2007

Pilule rose ou bleu...

Pilule rose ou bleu ? Non je n’essaye pas de savoir le sexe de mon futur enfant qui n’existe même pas mais qui s’appellera forcément….Non ça non plus j’en sais rien. En fait ce que je sais c’est que la vie est courte. Enfin pas tellement si courte que ça, puisqu’il faut 20 ans d’études en moyenne, 40 ans de cotisations (pour le moment) et après 25 ans de pilules (ah on est bien dans la pharmacie anglaise) et de maladie d’alzheimer (15 essais pour taper ce mot !!), du coup ça fait long rien qu’à énumérer ça !! Bref moi je serais plutôt partisan du « la vie est longue donc autant en profiter » et je ne pense seulement qu’à la fin, même si elle justifie les moyens.


u12519754

Pourquoi s’enfermer 20ans dans une boîte en métal devant un pc avant de découvrir qu’on est fait pour s’occuper d’enfants et d’agir de la sorte ? Je pense qu’on est tous capable de faire ce qu’on veut dans la vie. Je parle comme métier parce que voler, ça faut oublier surtout si c’est pour le faire depuis le haut de la tour Eiffel avec un sac Carrefour. Mais on a tous au fond de nous, des envies, des rêves, on n’arrive à s’imaginer dans 20 ans, dans un boulot qui nous plaît avec des gens qui nous plaisent et une vie qui nous plaît…. Mais alors pourquoi attendre ?!! Je ne pousse pas les gens à exploser leur cravate et à sortir dans la rue avec des pinceaux pour enfin accomplir leur vocation d’artiste peintre post-moderne sur 30T et chien d’aveugle. En revanche, je ne pense pas anodin de s’enfermer, de se résigner dans la complainte, l’habitude et le train-train qui font qu’on a toujours vécu comme ça et qu’on a peur de ne pas être si sûr de soi ou tout simplement de perdre son confort acquis après des heures passées à côtés d’une collègue fan de saladières à l’ail et un chef qui n’a jamais fait votre taff !! (ah si il savait tout ça le canapé….).


cafe1

Pourtant moi je préfère vivre avec un canapé qui correspond à ce que quelqu’un comme moi peut gagner. Je ne veux pas d’une vie par procuration, à laquelle je n’adhère pas totalement, qui n’est pas moi. Oui c’est dur et il faudra se bouger pour faire accepter aux autres, que oui on adore la peinture, que oui on a envie de découvrir le monde en gagnant des sous, que oui on faisait semblant de rire aux blagues de robert à la machine à café et que oui en plus on n’aime pas le café…(je sais c’est dur, dsl robert). Mais après on sera tellement content, tellement en harmonie avec soi-même à passer son temps pour sa passion, à aller au travail. On a bien réussi à trouver la force de passer sa vie dans un métier qui ne nous plaît pas, à se mettre des barrières malgré notre inconscient qui criait qu’on se trompait de voie, qu’on n’était pas bien à passer de telles journées. La passion, elle est là à l’intérieur, terrée mais toujours présente. Dans le monde actuel où on peut devenir riche en vendant des T-shirt modifiés façon hollandaise au stabylo je ne crois plus en l’impossible. J’irais peut-être dans le mur, mais pour le moment j’y vais et ce n’est même pas moi qui conduit. D’accord ça fait peut-être moins mal de tomber de sa chaise de bureau que de son rêve mais si je suis capable de rêver ça n’est pas pour mieux faire passer la pilule d’une vie morose.

Alors oui je pense que ça vaut le coup de risquer le canapé, de reprendre des études dans une branche totalement différente de la compta, de pousser la porte d’un club de peinture tant qu’on sait à l’intérieur que ça doit être ça notre vie, qu’on va enfin arrêter de se mentir et commencer à vivre.

Posté par eroze à 21:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Pilule rose ou bleu...

Nouveau commentaire