06 décembre 2007

All mine

Hier soir, j’ai été à mon cours de LIA (une sorte de cours d’aérobic où faut retenir des chorégraphies compliquées). Là y’avait le prof que je trouve super beau, entourés de dizaines de files super bien foutues, qui dansent bien.


A ce cours, je galère pas mal, forcément quand on a du mal à reconnaître sa gauche de sa droite,  c’est plus difficile de tourner dans le bon sens. Ce qui fait que j’ai tendance à me sentir comme un éléphant saoul entouré de petits rats, et que je suis tous les cours du fond de la salle ( peut-être pas très intelligent pour bien comprendre la choré, mais beaucoup mieux pour mon semblant de dignité).

Mais à voir comme ça deux fois par semaine, le prof grand, brun, musclé, ça engendre aussi une certaine attirance et l’envie d’aller lui parler et de le connaître.

calvinklein_nataliavodianovamikaelj

Mais au moment où il y a une occasion de le voir (à la fin du cours, pendant je suis trop concentrée sur mes pieds et sur ma respiration à retrouver et au début il a une dizaine de ses groupies autour de lui), je la laisse filer. Et toute ma timidité qui me ronge et me pourrit l’existence depuis un moment revient à toute vitesse. Et des milliards de questions m’assaillent : qu’est-ce que je vais lui dire ? Est-ce que je ressemble à quelque chose ? Est-ce que ma mèche est bien à 3 cm en décalé sur la gauche et a un beau retombé ? c’est quoi la valeur de constante de Planck (ça c’est quand je flashais sur mon prof de physique - non je plaisante, je fais pas des fixations sur les profs- sur les grands bruns, plus mais c’est plus répandu et moins cliché aussi) ? c’est à droite ou à gauche la sortie ? parfois j’ai juste l’impression que je pose pas le cerveau au bon moment :  je le pose au moment de fermer le cadenas sur mon casier avec la clé bien au fond de mon sac à l’intérieur (enfin dans un sursaut de lucidité et de reconnection au monde réel je reréfléchis et je comprend que si je fais ça, va falloir scier le cadenas ) et je le reprends 5 minutes plus tard au moment d’oser parler au prof. Et mon cerveau il se prend la tête beaucoup. Surtout face à la difficulté d’aborder quelqu’un, la peur d’être ridicule, de ressembler trop aux autres filles qui vont le voir à chaque fin de cours ou au contraire de ne pas leur ressembler assez, d’être moins bien qu’elles, de ne pas mériter le droit de le connaître un peu plus que par d’autres mots mambo gauche, mambo droit, pivot (après je décroche…)

editvanessalorenzo94524vl5


Et je ne sais pas trop comment aller lui parler, je ne sais pas comment être sûr de trouver les mots qu’il faut (des mots tout court – enfin plusieurs syllabes, j’ai le droit -  ça serait bien), comment faire pour ne pas se mettre à rougir, éviter de se sentir moche (sachant quand même que je suis en jogging et toute essoufflée). J’ai envie de me débarrassée de toutes ses peurs ancrées en moi, pour toutes les fois où je n’ai pas osé parler, pour tous les gens que j’ai laissés s’en aller par peur de prendre un risque et de me dévoiler.

C’est pour ça que cette fois, je voudrais oser aborder quelqu’un et lui parler juste quelques mots, pour me dire que j’en suis capable et que je l’ai fait, et repousser mes limites un peu plus loin, petit à petit. Et au fond, je n’ai pas grand chose à perdre de toute façon (ma dignité, elle a déjà perdu son équilibre à force de trop tourner et est au fond de mes baskets) et tout à y gagner (au pire une bonne raison de sécher les cours du mardi et mercredi si ça se passe mal).

60342_10316m_122_569lo


Posté par eroze à 21:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur All mine

Nouveau commentaire